Communiqué de presse du 23/01/2017

Un Milan royal empoisonné

Le 10 octobre 2016, un cadavre frais de Milan royal a été retrouvé au nord de Langogne. 

 

Une autopsie puis des analyses écotoxicologiques ont mis en évidence une intoxication aiguë à la chloralose. Cet organochloré toxique interdit à la vente en Europe depuis 1997 a été utilisé ici sous forme d'appât pour empoisonner la faune sauvage ou domestique. 

 

En Lozère, la chloralose est aussi responsable de la mort d'au moins deux jeunes Milans royaux au nid en 2013 et d'un Aigle botté en 2011, sans compter tous les cadavres non retrouvés ou trouvés trop tard pour être analysés. 

 

Tous les rapaces en France sont protégés par la loi depuis 1976 car reconnus indispensables dans les équilibres des milieux naturels et ruraux et fragiles en terme de populations. 

 

A titre d'exemple, le Milan royal consomme majoritairement des campagnols, parfois très abondants dans nos régions d'élevage et de manière accessoire des invertébrés (lombrics, gros insectes volants...), de jeunes corvidés et ne dédaigne pas les carcasses. 

 

Cette espèce a fortement décliné dans plusieurs régions de France ces dernières décennies et a aussi subi de lourdes pertes en 2011 et 2012 dans le Puy-de-Dôme suite à une utilisation irraisonnée de la bromadiolone, anticoagulant hautement toxique et rémanent utilisé dans la destruction des rats taupiers. 

 

Actuellement, le Milan royal fait aussi l'objet d'un Plan National et Européen d'Action pour tenter d'enrayer son déclin. 

 

Ce type d'acte, irresponsable et illégal, est inadmissible. Il contribue à disséminer de manière incontrôlée des toxiques dans notre environnement déjà lourdement affecté par l'utilisation massive des phytosanitaires dont les conséquences sur la santé ne sont plus à démontrer. L'utilisation de tels toxiques dangereux, visant de surcroît des espèces protégées, doit impérativement cesser et toute utilisation illégale mérite une sanction exemplaire. 

 

L'ALEPE, qui a déjà porté plainte cet automne pour un Milan royal, retrouvé blessé par plombs de chasse sur la commune de Saint-Léger-de-Peyre, continuera de veiller au respect du statut légal des espèces protégées et de dénoncer tout acte de braconnage.